Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le détail

Publié le par L'ours

Pourquoi s'attacher à un détail ? Pourquoi donc tant s'attacher à ce qu'il appelle un détail ? Un peu gros pour une simple petite bagatelle ? Bagatelle pour un massacre ? L'affaire avait fait grand bruit lors de sa première sortie au Jean-Marie. « Les camps de concentration sont un point de détail de la seconde guerre mondiale », il avait dit de sa voix rauque et vindicative. Grand chambard partout chez les démocrates.

Les gens de bien, les humanistes ne peuvent entendre cela sans frissonner. Pensez donc, rien qu'en France, près de 150 000 personnes ont été déportées dans les camps de concentration nazis. Une broutille.

980 lieux d'internement où se pratiquaient le travail forcé, l'humiliation généralisée, la discrimination, la dislocation des familles, la torture, les expérimentations médicales in vivo, le crime de masse.

Il avait dit cela, il était alors le dirigeant d'un mouvement politique qui se disait parti. Aujourd'hui, il n'en est plus que président "d'honneur". Mais il réitère.
On remet deux balles dans le bastringue et hop, de nouveau le couplet malsain se fait entendre, et de nouveau, juste levée de bouclier. Et tout le monde de gloser sur le pourquoi de cette déclaration, sur le maintien de ses propos anciens ?

Mais à qui le dit-il ? La question me semble plus intéressante. On pousse le vieillard qui n'est plus rien à de nouveau enfourcher le cheval qu'il connaît le mieux : la provocation, et bien sûr, il ne se prive pas de galoper.

Car il fait vendre de la salive et de l'indignation. Il fait parler de lui, et donc de ceux qui le reçoivent. Triste est le jeu médiatique. Et il persiste.

Mais qui donc lit "Rivarol" torchonnesque feuille d'extrême droite ? Par le jeu des médias traditionnels, l'étron confidentiel devient visible, son nom est cité, repris, répété, il gonfle, se fait envahissant. Et d'un détail de la presse d'opinion, on fait une tribune.

Commenter cet article