Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Prélèvement de l'impôt à la source

Publié le par L'ours

Voilà une idée bien mûrie dans des crânes plus ou moins bien pourvus en matière de justice sociale et de cheveux.

L'idée est de demander aux employeurs de prélever dès le premier euro gagné par un salarié le montant dû pour l'impôt sur le revenu. Plus juste et plus moderne, nous assurent le ministre Sapin et le secrétaire d'Etat Eckert. Ah oui ?

Evidemment, tout ce qui ressemble de près ou de loin à une réforme crée en France une polémique et des récriminations de la part de certains. Ainsi, les chefs d'entreprise, les DRH voient ici un surcroît de travail qui mériterait une diminution des sacro-maudites charges sociales. On ne perd pas le Nord dans les étages supérieurs !

La réforme serait effectivement plus juste et plus moderne – enfin, plus logique – si les salariés connaissaient une sinécure dans leur parcours professionnel. Car la réforme, nous vantent le ministre et le secrétaire d'Etat, concerne 98 % des revenus, précisant le grand avantage à ne pas payer avec un an de décalage Quant à sa modernité, nous allons voir qu'on ne nous ment pas.

Mais qu'en est-il des salariés qui, ne travaillant pas suffisamment au cours d'une année, se voyaient exempts de payer l'impôt sur le revenu ? Les CDD, les pigistes, les intérimaires, les saisonniers pas nécessairement payés au strict minimum, mais ne disposant pas d'un revenu annualisé susceptible d'être imposé ? Et le salarié qui se retrouve de nouveau au chômage après une courte période de réemploi ?

Eh bien, il paieront l'impôt. Voilà la modernité du système réformé : faire payer qui ne payait pas. Epatant, non ?

Commenter cet article