Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Berlémond cul, c'est du poulet ?

Publié le par François

Le camarade Resse a fait un billet concernant la mise en garde à vue d'un professeur de Berlémond pour violence aggravée – une gifle – sur un élève qui l'avait traité de connard. Son gendarme de père en uniforme réglementaire est venu réclamer justice parce qu'un enseignant n'a pas à claquer la gueule d'un petit malpoli. Il sera jugé ! Non mais.
Il a suscité ce commentaire de ma part.



La vieille ordure a cané. Je parle du dirlo. Il était dirlo, lettré et alcoolique. Physiquement balèze, il pratiquait le châtiment corporel, la raclée. C'était à Enghien, il y a mille ans, dans une école privée – privée de tout ce qui pouvait faire naître le désir des élèves hormis celui de quitter l'école pour reprendre la boîte de papa. Pas de musique, pas de dessin, pas de travaux manuels et pas de sport. (Je n'étais pas fâché de l'absence de ces deux dernières disciplines qui font la splendeur de l'homme moderne – n'est-il pas beau le bricoleur dans son survêtement immaculé, si on ne prête attention à la tache de graisse ici, et de sueur ici, ici et là ?)
Je garde le souvenir cuisant d'un livre de Français de troisième traversant l'air pour venir légèrement m'éclater une arcade sourcillière alors que je m'étais laissé aller à bayer aux corneilles, tandis que le père Bigot (le dirlo était prof de Français) s'évertuait à nous empêcher de bailler à Corneille.
A la suite de quoi, je ne le traitais même pas de connard, car pour sûr, une gifle n'aurait pas été indue. Autres temps autres mœurs.
Mais un fils de gendarme mérite des claques. Par nature. Par manque de discernement. Et cette histoire de procès fait au professeur à la main leste et vengeresse est bien pitoyable.
Le morveux va s'en enorgueillir et sentir renforcé son pouvoir de toute-nuisance qui ne fera que s'amplifier après la non moins pitoyable sortie de Nick the First : "dans la transmission  des valeurs et l'apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l'instituteur ne remplacera jamais le pasteur ou le curé". (Et rien à propos des scientologues, quelle ingratitude !)
Ces enseignants laïcs ne supportent rien ! Quant à l'éducation que la gendarmesque délivre à sa progéniture, elle est sans doute irréprochable. Jamais on n'a vu un représentant de l'ordre public, l'insulte à la lèvre ou l'annuaire à la main pour faire ployer l'entêtement du prévenu.
Il devient urgent de faire de ci de là quelques réformes pour qu'une telle affaire n'occupe plus les colonnes de nos journaux.
Primo, supprimer l'école et secundo, émasculer les gendarmes dès la naissance, afin que cette triste engeance ne se reproduise pas.
On voit par là qu'il y a des solutions à tout problème.
 

Commenter cet article

Gilles 31/01/2008 22:36

J'ai posté ça comme commentaire chez l'ami hervé. Il était logique que je le dépose z'égalemnt chez l'auteur. Dont acte : "@François : moi qui était dans la boutique à côté (le lycée public à Enghien, oui, çui-là même qui donnait sur le lac) y'avait un truc qui me plaisait bien ( à part certaines minettes 'achement girondes qui fréquentaient l'endroit et dont j'appréciais l'envers) dans le "Cours Bigot" c'est qu'ils se présentait comme enseignement laïc. Bigot, laïc; j'ai toujours eu des joies simples.Autrement pas de réaction à la grève des taxis?Pas un ou une qui s'élève contre la prise d'otage des voyageurs?Ah?Ben non.Curieux hein?"

François 01/02/2008 11:07

Bonjour Gilles,Bienvenue chez moi.C'est tout à fait exact. C'était donc toi, celui qui venait draguer nos minettes girondes, ne nous laissant que les vilaines !Laïc, c'est juste. Peu catholique, même, puisque les élèves, et pas seulement les petits, les cours allant de la 6e à la terminale, étaient dans l'obligation de porter des chaussons - eh oui, ça surprend - et, la question de la rétention est d'actualité en ce moment, devaient s'humilier un peu plus jusqu'à aller demander la clé des toilettes au secrétariat, chaque fois que... nécessaire.  Certains, dont moi, s'abstenaient le plus souvent.Bigot, enseignement laïc, effectivement, c'était drôle. Surtout le mot enseignement.(copie de la réponse effectuée chez Resse... pire encore)