Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lettre à Nathalie

Publié le par François

Nathalie,
Je n'apprécie pas vraiment l'action de tes collègues, ni de tes patrons. Autoritarisme et veulerie font souvent bon ménage, tu devrais savoir cela, et la comédie, au théâtre, nous l'a souvent montré pour nous faire rire : quand un laquais reçoit un coup de pied au cul par son maître, il n'a de cesse de le faire payer à moins chanceux que lui.
Hier soir, une chaîne de télévision de service public recevait l'un de tes patrons.
Quelle aubaine pour cet homme transparent que son maître bafoue souvent – à en croire des journaux assez bien informés ! La femme qui l'interrogeait, pensant sans doute le mettre en mauvaise posture, le questionnant sur un manque de cohésion dans son équipe, lui rappelait la liberté de parole dont tu avais fait usage il y a peu. La caméra braquait son œil froid sur toi ; dans le fenestron, tu apparaissais en gros plan.
"Tout va bien,
a-t-il laissé entendre, en substance, je l'ai (il parlait de toi) convoquée, sermonnée, recadrée, elle a prononcé des excuses, tout est rentré dans l'ordre". Grandeur du pilori. Quelle fierté arborait alors son visage d'avoir fait montre de pouvoir, d'avoir lui aussi quelque autorité sur un être supposé subalterne, plaisir suprême, sur une femme. L'image de ton visage s'ingéniait à remplir l'écran, et je crus deviner une buée qui voilait tes yeux, j'imaginais des larmes retenues, peut-être une honte contenue. Et je vivais la cruauté de ce monde auquel tu appartiens.
Mais l'homme maltraité n'a pas de face. Il rejette sur autrui les ressentiments qu'il ne peut exprimer à son supérieur, plutôt que de claquer la porte dans un fracas qui redonnerait du lustre à son honneur. Il est un oiseau dont on a rogné les ailes. Les "L" de certains ne serviraient-ils qu'à masquer leur véritable nature ?
Et personne, pas même la dame qui posait les questions, qui aurait pu faire preuve de solidarité féminine, n'a cru bon d'épargner ta sensibilité et justifier et donner résonnance à ton emportement passé. Je ne peux que prendre ta défense.
Nathalie, dans le panier de crabes, tu es ma langouste préférée.

Commenter cet article