Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Récession ! Quelle récession ?

Publié le par François

Applaudissons. La comédie est mauvaise, mais les acteurs sont bons. La trame se voit dès leur entrée en scène, on connaît le texte, on sait qu'ils n'y croient pas, qu'ils disent n'importe quoi, mais avec quel aplomb !
Hier, certains de nos ministres étaient présents au dîner des journées parlementaires à Antibes, au Marineland. Pourquoi Antibes et pas Paris (j'imaginais sottement que l'endroit où on pourrait le plus sûrement trouver des parlementaires, c'était aux alentours de l'Assemblée nationale et du Sénat, mais visiblement, non. Et pourquoi au Marineland ? Probablement les requins sont de bonne compagnie et on peut librement nager entre deux eaux... troubles. Les habitudes ne se perdent pas facilement. Et pourquoi se gêner, la facture nous incombe.
Donc, ces messieurs-dames du Gouvernement ont sûrement été surpris de se voir questionner sur la récession, traduite par les chiffres de l'Insee.
On nous avait appris, il y a quelques temps, que récession il y avait, quand la croissance était négative sur deux trimestres consécutifs. A l'époque, nous étions dans le premier trimestre affichant une croissance négative.
Las, le temps passe. Voici le deuxième trimestre aux mêmes tristes chiffres. Mais heureusement, nos ministres n'ont pas de la béchamel à la place du cerveau. Eric Woerth a réponse à tout. C'est pour ça qu'on l'aime. "Il y a une définition technique et statistique de la récession, et puis il y a la réalité des choses".  Voilà qui cloue le bec. Si la science économique (si tant est qu'elle en soit une) s'en tenait aux définitions techniques et statistiques, les choses n'iraient pas bien ! Puis il enfonce le clou : "Par nature, la France n'est pas en récession". De la nature de la France. Là on quitte les sciences éco pour entrer dans la métaphysique. L'insee prévoyant une croissance de 0,9% – sur l'année –, notre cher Woerth en profite pour asséner : "1% de croissance, ce n'est pas une récession, c'est une très faible croissance". Réjouissons-nous d'avoir un ministre moins imbécile que nous. Nous qui nous nous arrêtions à deux trimestres consécutifs dans le rouge, alors qu'il fallait annualiser le bouzin. Mais bien sûr, que n'y pensions-nous pas ! Ah nous avons de la chance d'avoir Eric Woerth aux commandes ! Et Christine Lagarde !
Christine Lagarde, elle, ne nie pas la récession. Elle l'évite. Elle la méprise. Elle la bat un peu froid.
La récession? "Ce n'est pas ça qui est le plus important. L'important, c'est de savoir qu'on est dans une situation économique qui est difficile en raison des chocs qu'on a subi, de la crise financière qu'on traverse".
Ah parce qu'en plus on traverse une crise financière ! Remarquez, c'est déjà bien de le savoir. C'est vrai, personne ne s'en était aperçu.

Commenter cet article