Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Oh mon dieu, oh non, ce n'est pas possible, pas ça, non, ah quelle horreur*

Publié le par François

Argument-scie qui énerve tout ce qui ressemble de près ou de loin à quelqu'un de droite : le bouclier fiscal. Ils mordraient presque quand lors d'une discussion on ose parler de cette mesure, qui est juste pour quelques-uns, qui ont vu augmenter la valeur d'un patrimoine immobiier comme on dit (leur maison) tandis que leur pouvoir d'achat stagnait ou régressait, qui est une injustifiable niche pour les autres.
L'argent ne fait pas le bonheur des pauvres, chantait Coluche dans une parodie de chanson engagée, en tout cas, l'argent des riches qui manque aux pauvres n'est pas un argument valable pour les gens de droite. L'argent des riches, c'est le tabou de ceux qui vous parlent sans tabou. C'est le grand complexe de la droite décomplexée.
Taxer les hauts revenus n'est pas du goût de Nick the First : « Si les riches paient plus d'impôts, ils ne resteront pas en France » réagissait-il à un commentaire et une proposition d'amendement de Pierre Méhaignerie, président UMP de la commission des Affaires sociales visant à faire participer les hauts revenus à un genre d'effort national contre la crise.
Et alors, qu'est-ce que ça fait ? Qu'ils partent ! Qui avait lancé : « La France ou tu l'aimes ou tu la quittes ! » Qu'en avons-nous à faire de ces riches plus parasites que nourriciers ? Allez zou ! Dehors. En charter.
Sympa, on ne vous menotte pas, on ne vous saisit pas, un costaud par les bras, un mastard par les chevilles, on ne vous baillonne pas, on ne vous fait pas entrer de force dans un centre de rétention aux allures de pourrissoir, on ne vous pousse pas dans un avion.
Partez ! Dégagez ! Caltez ! Mauvais Français, citoyens égoïstes. Profiteurs, vautours, chacals. Charognards. Ténias.
Allez hop, à l'Ouest ! Et pas la peine de venir essayer de nous vendre vos machins marketés depuis Londres, New-York, Pékin ou Moscou. Ouste. Une main devant, une main derrière. Réquisitionnés pour cause de crise, vos entreprises et vos jetons de présence dans les conseils d'administration. Les salariés s'auto-gèreront, les profits seront redistribués et investis pour la création de nouveaux horizons.
Au ban. Pour atteinte à la sûreté de l'Etat, vous qui créez le déséquilibre dans la société, vous qui instillez une idéologie de crétinisation, d'injustice et d'individualisation des ressources, vous qui générez une part de la délinquance.
Circulation. Bouclez vos valises LV comme laides et vulgaires et n'oubliez pas de laisser les clés sous le paillasson. On fera de vos châteaux et villas des crèches, des écoles et des maisons de santé.
Allez ! Bon vent.


* Je sais, ce titre est trop abscons pour Google (cf. ce papier).

Commenter cet article