Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mais pourquoi n'aiment-ils pas les enfants ?

Publié le par L'ours

Une fois de plus, je vais m'engouffrer avec mes grosses papattes dans la dernière polémique à la mode, la dernière connerie émise, commise par nos flicaillons ou nos dirigeants, ceux qui ont tout oublié de l'enfance, aveuglés qu'ils sont par la gigantesque estime qu'ils ont d'eux-mêmes et de leurs "missions". Que serait-on dans la vie, si on n'avait une mission !
Ainsi d'avisés porteurs d'uniforme ont cru malin de faire respecter la loi évangélique "tu ne voleras point", inscrite au tableau des délits dans le marbre de notre code pénal, en soupçonnant deux gamins d'avoir volé un vélo, dérobé une bicyclette ; deux dangereux minots de six et dix ans. Presque majeurs, donc, si on cumule leur âge respectif. Pour les crânes trop serrés par les képis, soupçon équivaut quasiment à preuve. Et quand il y a semblant de preuve, il y a arrestation. Pour la peau, le vélo avait été offert par une voisine, qui l'a attesté par courrier. Si ça se trouve, ce n'est même pas vrai, et cet acte de générosité n'est que poudre aux yeuxpour discréditer la sainte police.
Quelle incongruité, d'ailleurs, que de donner un vélo à un enfant que l'on n'a pas fait soi-même. Voilà quelque chose de hautement suspect. Si bévue il y a, la maréchaussée ne bénéficie-t-elle pas elle aussi de la présomption d'innocence, une telle bévue n'aurait jamais eu lieu, si comme le prônait jadis Frédéric Lefevre et son petit maître à penser, on faisait passer des tests de dépistage de délinquance potentielle dès la maternelle aux enfants.
Il est vrai que nous sommes trop laxistes avec notre progéniture. Certain se retrouve même président de groupe à un conseil général, sans même avoir terminé ses études... Trop laxiste et trop tolérant lorsqu'il ont commis l'irréparable.
Coupons les vilains doigts trempés de confiture indûment goûtée. Amputons ces mains chapardeuses de bonbons. Crevons ces yeux emplis du désir de posséder un vélo. Sales gosses. Dans peu de temps, ils iront à l'école avec pour stylo un AK47, ce qui est, j'en conviens, exagéré. Un magnum 387 fait tout aussi bien l'affaire pour régler un différend de cour de récréation ou pour contester son institutrice. Dans cette optique, notre bon ministre, prompt à sauter sur la première occasion total-sécuritariste pour complaire à sa consœur MAM et son petit maître à penser, roi du monde et empereur d'Europe, Nick the First, notre bien-aimé incomparable, propose de mettre en place une police des écoles avec fouille des cartables (le AK47 ne rentre pas dans un cartable, à peine peut-il abriter un Uzi, s'il est suffisamment volumineux).
A quand la fouille profonde ? Ça risquerait de faire concurrence aux pédophiles les plus pointus. A moins que cela s'inscrive dans une politique de réinsertion, ce serait pas bête.

Commenter cet article