Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La maman d'Harry Potter et la médaille magique

Publié le par L'ours

La Presidential medal of freedom n'honore pas n'importe qui. Drôle de nom pour cette décoration américaine valant notre légion d'honneur remise par le président des Etats-Unis of America. Médaille de la liberté. Par essence, l'homme libre ne s'attache pas à une médaille, enfin, bref. Toujours est-il, si on en croit le livre que publie Matt Latimer*, l'un des collaborateurs de G. W. Bush, que l'administration Bush a refusé de distinguer J. K. Rowling, la créatrice des aventures d'Harry Potter, parce que sa série de romans "encourageaient la sorcellerie".

Il faut tout de même saluer l'intelligence et la largesse d'esprit d'un tel jugement à propos d'une œuvre littéraire pour la jeunesse. Et la clairvoyance ! Car combien ne voit-on pas, depuis la parution des premiers ouvrages de J.K Rowling, d'enfants et pré-adolescents se jeter corps et âmes entre les pattes velues de Baphomet, abandonnant leur foi en Dieu et la lutte pour le Bien pour s'enferrer dans les griffes du Malin et s'adonner à de lugubres et lubriques sabbats.

Ils sont partout. A se promener, qui une chouette sur l'épaule, qui précédé d'un chat noir en buvant de sataniques élixirs, à lancer des imprécations dans une langue hermétique pour une bille perdue ou une mauvaise note, à dégainer une baguette magique au moindre regard que leur jugement altéré par Lucifer décrète provocateur, lorsque ce n'est pas pour délester l'honorable commerçant de sa recette de la journée. Ils sont partout les apprentis sorciers. A Chicago, New York, Los Angeles.

Et on voudrait récompenser par la médaille du Président cette Circé, cette pourvoyeuse de maléfices ? Ce serait compter sans G.W.B.

Et Dieu sait si les huit ans où Bush et son administration ont fait usage de leur force de réflexion et de leur sagacité auront compté pour les Etats-Unis et accessoirement le monde. Qu'elle s'estime heureuse de ne pas avoir été pendue à Salem.

 

* Tales of a White House Survivor, Matt Latimer ; Ed. Crown

Commenter cet article