Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

69 déception érotique

Publié le par L'ours

Le chiffre du jour est certainement 69.

69% des Français interrogés dans ce sondage BVA pour Canal + jugent mauvais le bilan de Nick the First. Très mauvais pour un tiers d'entre eux, d'ailleurs. Seuls 2% sont satisfaits et le trouvent très bon. Il est rassurant de voir qu'en France, 2% des gens ont un humour inoxydable !

Que ce soit en matière de pouvoir d'achat, de lutte contre les inégalités, de lutte contre le chômage, en matière de sécurité et même au sujet de l'écologie, les Français le trouvent mauvais à chaque fois à plus de 55% lorsque ça ne dépasse pas les 80%.

Il va falloir prendre des mesures ! Horizon 2012.

La crise en Grèce est une aubaine. Fifille vient d'annoncer un gel des dépenses publiques.Si on ne veut pas que les petits copains capi-salauds-capitalos des agences de notation ne nous épinglent l'étiquette "fauchés, à faire cracher", il va falloir renflouer la malle aux trésors. On a eu un peu trop tendance à taper dedans. C'est que ça coûte cher, le standinge.

Ah ! se disent les 69% de Français qui pensent que ministres, président, et autres conseillers ne craignent pas de jeter le pognon par la fenêtre en déplacements incongrus et en campagnes de communication monstrueuses. Ah !, exultent-ils, Nick the First va dégraisser ! Son salaire augmenté il y a un peu plus de deux ans, les indemnités de chômage des députés non réélus, les émoluements des conseillers. Les ministres vont payer leurs voyages en jet privé, ou prendre le train lorsqu'il s'agira de se rendre à un pince-fesses de haute courtisanerie ou pseudo-humanitaire. Les garde-robes vont apprendre la modestie.

Non, non. Fifille ajoute : "l'effort national doit être supportable pour tous". Comprendre "par tous". Gel des dépenses des ministères, certes, ça veut dire non pas que les ministères vont cesser de dépenser, mais que les dépenses n'augmenteront pas au rythme de l'inflation, rabotage de certaines niches fiscales, lesquelles? Non remplacement des fonctionnaires partant à la retraite, baisse de leur grille des salaires. Un effort de productivité sera demandé aux opérateurs de l'Etat (Musées, Centre des monuments nationaux, Météo France...) Pour rapporter plus ils devront travailler plus... ou licencier davantage. Seront revues les dépenses d'intervention, c'est-à-dire les aides économiques à la construction de logements, les contrats aidés censés favoriser l'emploi, les aides sociales (aide au logement, allocation adulte handicapé...).

Et son porte-parole, Luc Chatel de préciser (parce qu'il faut bien se mettre à plusieurs pour causer au bon peuple, qu'il comprenne bien de travers) que tous les Français seraient "touchés" par cette politique drastique de lutte contre le déficit public tout en excluant "une politique de rigueur" avec une "augmentation massive des impôts" qui "asphyxierait l'économie". Que l'on peut traduire par tout le monde paiera sauf ceux qui font l'économie : les riches, les très riches, les entreprises (sacrées) et le personnel politique.

Commenter cet article

Pépites & Lambeaux 07/05/2010 09:41



On n'a plus qu'à serrer les fesses. Aïe aïe aïe, ça fait mal !