Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Afrique du Sud

Publié le par L'ours

Le 16 juin reste une date à marquer d'une pierre blanche en Afrique du Sud. D'ailleurs, cette date est célébrée. En 1976, dans la banlieue de Johannesburg nommée Soweto (South-West Township) des étudiants, des écoliers descendent dans la rue et manifestent à l'instigation du mouvement de conscience noire, créé en 1968 par Steve Biko. Celui-ci sera arrêté et assassiné en septembre 77.
Manifestation pacifiste. Les étudiants se rebellent contre l'obligation qui leur est faite de suivre une scolarité en afrikaans, la langue de l'apartheid, la langue de la minorité (un cinquième de la population) blanche et autoritaire qui dirige le pays en appuyant fortement sur le contraste avec sa politique de ségrégation raciale. Le mot d'ordre est clair, ne pas provoquer d'affrontement avec la police.
La répression est immédiate. Et brutale. Et sanglante. Les forces de l'ordre tirent dans la foule. Des enfants sont touchés. Certains meurent d'une balle dans le dos. Pas une balle à blanc.
C'est ainsi que Hector Pieterson meut à 12 ans. Son nom est aujourd'hui celui d'un musée situé à quelques pas de l'endroit où il fut tué.

 

 

 

HP.jpgHector Pieterson Memorial.

 

 

 

 

 

A l'annonce de ce massacre, des émeutes éclatent dans tous les townships du pays, l'opinion internationale s'émeut. La répression n'en est pas moins féroce, elle durera jusqu'en 1991.
En 1994 ont lieu les premières élections démocratiques et multiraciales, Mandela sera élu. A partir de cette année, en souvenir du massacre de Soweto, le 16 juin est célébré partout en Afrique comme la Journée de l'enfant africain, et particulièrement en Afrique du Sud : Journée de la jeunesse.

Tiens, ça change des crampons et des vuvuzellas, de Rama Yade et son hôtel où la nuitée est plus chère qu'au Pedzouilles resort.



Commenter cet article