Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Carte scolaire (au flipper, ça s'appelle une fourchette)

Publié le par L'ours

Tu veux le meilleur pour tes gosses. Normal. Qu'ils ne deviennent pas de grosses nouilles aculturées vautrées devant la télé à se gaver de merdouille industriellement empaquetée wizz pour attrape-gogos en voie d'obésité. De la bonne grosse merdouille aux couleurs chatoyantes à base de E ceci, au goût salé-sucré-épicé à base de E cela, avec conservateurs, antioxydants, édulcorants, exhausteurs de goût, des fois que ça en manque, que de sains produits baptisés E quelque chose comme Evite de chercher à savoir ce que tu manges. Du qui croustille, mais pas trop pour pas faire du bruit dans la tête alors qu'on regarde la télé, du pas trop dur pour pas que la machoire travaille excessivement, histoire de ne pas réveiller le cerveau, mais du pas trop mou non plus afin de t'empècher de t'endormir complètement, du qui fond sous la langue, mais suffisamment compact pour éviter de baver et pour ne pas confondre avec le soda qui doit accompagner ce festin de roidec.

Tes mômes, tu les veux éduqués. Pas à la schlague, mais pas trop débiles non plus, qu'ils puissent prétendre à un boulot qui leur épargnera la prison ou la mendicité. Tu t'es laissé convaincre que le meilleur point de départ pour tes projets d'élevage était l'école. Mais l'école... Tout ce qu'on en dit. La violence, la drogue, les élèves qui ne suivent pas, qui perturbent... Seraient foutus de te la polluer, ton engeance. D'en faire des alter-egos de la médiocrité, traîne lattes et pousse-mégots. En moins de deux, ils se mettraient à tenir la cité, le dos calé au mur, en enchaînant les spliffs et à cracher à un mètre en borborygmant du rap que toi-même tu ne comprends pas les paroles, et d'ailleurs, spliff n'est pas dans le dictionnaire, ça non plus, tu ne comprends pas.

L'école soit, mais une qui n'envoie pas directement à l'accueil de Pôle emploi, une école où l'enfant apprend et comprend. Une école où on lui déchire pas ses habits et où il n'apprend pas à mettre sa casquette de traviole. Au prix où ça coûte, autant bien voir la visière, non ? Une école où le professeur ne lui fait pas signer une adhésion au parti de cecicela, il a bien le temps de voter pour des cons, comme papa-maman.

L'école, tu veux la choisir.

Avec la carte scolaire, c'est possible. C'est possible, mais c'est aussi dangereux que s'il n'y en avait pas. Voire plus. Et plus onéreux, attends la suite.

Parce que bien évidemment les autres parents sont aussi individualistes et égoïstes que toi. Ils veulent le meilleur, pour leurs gosses. Normal. Qu'ils ne deviennent pas de grosses nouilles aculturées vautrées devant la télé à se gaver de merdouille industriellement empaquetée wizz pour attrape-gogos en voie d'obésité.

Tu as déjà lu ça quelque part ? Tou es estremamenté perspicace amigo. Reprends depuis le début jusqu'à papa-maman, en changeant le "tu" par des "ils". Et fais gaffe à l'accord des verbes et du pronom personnel, tout de même.

... L'école, ils veulent aussi la choisir.

Ça tombe bien, c'est le vœu le plus cher (tu vas voir, tu vas voir) du Gouvernement. Les parents peuvent choisir l'établissement où se pratique l'enseignement, particulièrement celui qu'à juste titre ils craignent le plus : le collège.

Comme nous sommes dans une situation où le professeur ne se recrute plus des masses, les vocations étant un peu sur le déclin, que l'on ne remplace plus les enseignants touchant au graal de la retraite, nous nous dirigeons vers un système assez réjouissant de collèges où se retrouveront les "bons" élèves et d'autres établissements composés de professeurs jeunes et inexpérimentés (parce que les autres auront eu la riche idée de demander leur mutation dans les premiers) qui devront affronter les moins bons éléments. Bien sûr, on leur adjoindra du personnel fliquesque, mais le niveau n'y gagnera pas. Ce qui aura pour effet d'augmenter la population étudiante des seconds collèges qui du coup baisseront également de niveau, mais dont les effectifs d'enseignants n'augmenteront pas puisque l'économie dicte la loi du recrutement. Classes d'incorrigibles cancres d'un côté et classes surchargées de l'autre. C'est une façon de faire. Avec un peu de chance, les collèges de bons élèves ne deviendront pas purement et simplement des collèges comme on les connaît actuellement. "Beaucoup de chance", tu dis ? Comment ! N'aurais-tu une confiance sans borne en ton Gouvernement ?

Mais tu veux le meilleur pour tes gosses. Normal. Nous voici de nouveau au point de départ. Tou es touzours estremamente perspicace, amigo ? Tou sais quoi faire ! Réitère la lecture depuis le début jusqu'à papa-maman.

... Il te reste une option : l'école privée. La bonne vieille école privée qu'affectionne particulièrement notre Gouvernement qui ne veux pas connaître une crise dans l'Education nationale en favorisant ouvertement l'école dite libre. Suffit de laisser pourrir le fruit. Il est déjà très mûr. Moi qui ai beaucoup pratiqué le flipper dans ma lointaine jeunesse, ça s'appelle une fourchette. Alors, la carte scolaire, tu en es content ?

Tu vois que ça va te coûter cher.

Commenter cet article