Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

D'un salaud l'autre

Publié le par L'ours

D'un salaud l'autre.
Je pensais qu'ici, l'affaire faisait consensus. Ça n'est manifestement pas le cas.
Salaud. Bachar el Assad, salaud. Ordure d'homme. Monstre égotiste. Etron à moustache.
Tu es d'une sale race ! De la race des Josef Mengele, des Aribert Heim, des Radovan Karadžić. Tu es médecin, tu as été formé pour soigner, pour soulager. Pour écouter la douleur de l'autre. Tu t'en repais. Tu aurais pu t'honorer de ta science, tu déshonores ceux qui t'ont apporté le savoir.
Tes sbires sont des chiens pathétiques. Des terroristes au vrai sens du mot. De sinistres tueurs d'enfants, massacreurs, tortionnaires. Lâchement embusqués ils attendent, avides, dans l'ombre, que s'épanche dans leurs veines la petite dose d'adrénaline au moment de presser la détente de leur FM. Qui donc fournit des FM à ces pâles assassins. Et qui donc te vend les obus que tu déverses sur ton peuple ? La Russie, mais qui d'autre ?
Et tu trouves, vermine, dans ce que l'on appelle le concert international des soutiens pour empêcher l'humanité de se débarrasser de toi. Craignent-ils une contagion de la maladie de la liberté qui frappe tôt ou tard, mais de façon inéluctable, les peuples dirigés par des chefs barbares ? Redoutent-ils la perte de contrats commerciaux, tant il est vrai que la vie humaine représente peu de choses au creux des coffres-forts ?
Je pensais qu'ici, l'affaire faisait consensus. Ça n'est manifestement pas le cas.
Il se trouve encore, dans ce pays civilisé qui est le nôtre, des gens qui ne te condamnent pas et imaginent une justification à tes exactions. On les connaît. De tout temps, ils professent la haine, s'amusent de jeux de mots qui ne se « borgnent » pas à la simple joie du calembour, ils font de l'assassinat massif et planifié un détail. Ils invoquent la guerre civile pour t'exonérer, ta défense légitime contre l'éventuelle survenue d'un régime pire que le tien ? Un régime islamiste, cela va sans dire. Ne serais-tu à leurs yeux que l'aboutissement de ce qu'ils pourraient devenir s'ils venaient au pouvoir chez nous, un alter ego, en quelque sorte.
Finalement, à ton insu, tu rends service à des millions de démocrates, tu démasques ceux qui voudraient devenir nos dictateurs et qui veulent nous donner l'illusion qu'ils ont changé. Ils ont beau faire patte blanche, comme dans le conte pour enfants, on s'aperçoit quand même qu'ils sont des loups.

 

elassad.jpg

 

Au cours de son quinquennat, Nick the First a reçu Bachar el Assad à quatre reprises et a été invité une fois en Syrie

Le président Syrien a même eu l'insigne honneur d'assister au défilé du 14 juillet sur les Champs Elysées... 

Commenter cet article