Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Et vive la raie publique

Publié le par L'ours

Comment voulez-vous que l'on s'y retrouve. Plus rien n'a le goût de ce qu'il est. Où donc est le boxon d'antan ?
On connaissait la gauche révolutionnaire tendance Spoutnik, qui avait la grande URSS en ligne de mire, la gauche révolutionnaire tendance pas stalinienne, mais trotskiste, la gauche consensuelle, réformatrice, pas très nette peut-être, mais qui semblait moins dangereuse pour nos fesses de citoyens que les deux précédentes que l'on soupçonnait de manier prestement le marteau sur les crânes et la faucille sur les libertés.
On connaissait la droite, amie des milieux d'affaires, des entreprises, des réseaux corses, la droite gaulliste à tendance sociale, la droite gaulliste à tendance antisociale.
On connaissait le centre partagé en centre-droit et centre-gauche, tout difficile qu'il était de couper un point en deux, mais tout le génie français était là.
On connaissait l'extrême droite, remplie d'anciens de la Milice, d'anciens d'Indochine, d'anciens favorables à l'Algérie française, de poujadistes, de jeunes voyous aussi anticommunistes que leurs parents, position qui leur tenait lieu d'idéologie.
Pas plus réactionnaire que ça, je regrette l'ancien temps où les choses étaient claires. Les fachos étaient des fachos, les cocos étaient des cocos, les premiers voulaient me casser la tête, les seconds voulaient m'aplatir l'échine. Les premiers ont réussi, une fois, les seconds jamais, j'allais à la fête de l'Huma en toute tranquillité. Les gens de droite me traitaient de petit con, les gens de gauche modérée m'expliquaient doctement combien l'idée de l'anarchie était dans l'incapacité totale de construire un monde idéal. Ils récoltaient mon accord et cette réplique : « c'est vrai que pour le paradis y a changement à Solférino, j'avais oublié, jamais je n'ai pu me rappeler le plan du métro », et puis je n'ai pas le sens de l'orientation.
Et puis tout a été chamboulé. Les socialos sont devenus plus ou moins de droite, la droite est devenue plus ou moins facho, n'hésitant pas à s'entourer d'anciens du GUD, d'Occident de Minute, le FN renie ses anciens activistes, skinheads, Hells Angels, et consorts, y compris ses candidats officiels lorsqu'ils se font photographier faisant le salut nazi devant un drapeau du même tonneau. Fifille essaye de faire oublier les saillies perfides de celui qu'elle n'appelle pas « Papa », ou mon père, mais Jean-Marie Le Pen, comme si elle n'était que le témoin de l'Histoire ou comme s'il n'était qu'un vague collègue dont on peut se démarquer.
On n'y voit goutte. D'anciens d'ultra-droite se retrouvent ministres ou conseillers de l'UMP, d'anciens de Lutte ouvrière se présentent sous l'étiquette Front national, quel méli-mélo de mauvais aloi.
Ça drague tous azimuts. L'UMP fait de l'œil à l'électeur de sensibilité (si je puis dire) FN, le PS tortille sa croupe libérale mondialisante, le FN susurre du Jaurès et aguiche le prolétaire.
Et dire qu'il existe une loi punissant les putes qui se livrent au racolage ! De toute façon, c'est le client qui paye. Finalement, Bachelot n'est pas dans l'erreur en voulant pénaliser le micheton. Elle fait ton sur ton, ça fait un moment qu'en plus de payer la monte, il est puni, le client, il s'embarque pour Cythère et on lui défripe le petit.

Commenter cet article