Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Histoires à dormir debout – Secret storytelling

Publié le par L'ours

On va nous raconter des histoires. De jolies histoires, de celles que l'on puise dans le répertoire histoires merveilleuses et contes de fées ? Sais pas. Il s'agit de politique, de communication et de la dernière technique à la mode en la matière : le storytelling, en anglais dans le texte, parce que ça fait plus pro !

On investit gros dans le genre. Quand je dis qu'on, je veux parler de Nick the First et du SIG Service information du gouvernement. 120 millions d'euros par an, c'est le montant du contrat passé par le gouvernement avec le groupe Aegis, dont Libération nous dit que Vincent Bolloré en est le premier actionnaire avec 29,8%, pour ses actions de marketing concernant les deux prochaines et dernières années du quinquennat de notre incomparable. C'est dire si le chef de l'Etat ne songe pas à 2012, croyons-le sur parole lorsqu'il nous confie à la télévision via Pujadas qu'il n'en a pas le droit, qu'il est le dernier à devoir y songer. Grandeur, noblesse d'esprit, droiture ! Vérité !

Les maîtres de la pub peuvent dormir tranquilles, le consommé reste chaud. La soupe est bonne et on peut se resservir. Le storytelling consiste à mettre en scène un message politique de manière à ce qu'il ne ressemble pas à un message politique, mais à une information objective. Poudre de Perlimpinpin jetée aux yeux du citoyen. C'est beau, c'est azuré, c'est rubescent, ça sent bon, l'histoire est enchanteresse, la musique enivrante, c'est de la bonne, c'est de la vraie ?

Toute l'action politique peinte en rose-thé pour la collection Harlequin. Avale, poulette, et crois bien au roman.

Tu veux un super-héros ? Un bon papa ? Un ange ? Y en aura pour tout le monde. Un intello ? Une victime ? On peut faire. On verra bien. Tu veux qu'on t'explique bien les difficultés de l'Etat, de l'entreprise, écueils insurmontables sans un nécessaire sacrifice de ta part que tu imputeras à ton budget, que tu incluras dans tes projets de retraite ? On va te donner des exemples. On va te concocter un petit conte pour bambin, qu'es-tu finalement, sinon un enfant qui a poussé du buste et des jambes ?

Au programme : des reportages qui, à l'instar d'un célèbre soda qui se targuait de remplacer le whisky, auront la couleur et le goût d'information, mais qui ne seront que des ersatz de la réalité. En fin de compte, la méthode n'est pas récente.

Quoi d'autre ? Du sondage. Tous azimuts. De bons gros sondages, pardon, des études d'opinion, histoire de savoir ce qui vous intéresse ou vous préoccupe, pour pouvoir orienter les campagnes de publicité.

Tout cela serait incomplet si on avait omis de prévoir de la production de contenus pour le web. Avec force vidéos sur http://www.gouvernement.fr/toutes-les-videos et la création du site www.france.fr qui pour l'instant annonce : « L'équipe de France.fr regrette de ne pouvoir vous permettre de retrouver le portail de la France. Nous sommes actuellement confrontés à un problème de configuration de nos serveurs. Nous avons entrepris un audit de l'ensemble des systèmes pour nous permettre une réouverture dans les plus brefs délais. Merci de votre patience et à très vite ! ».

Le portail de la France est tout neuf et déjà grippé ! Pas étonnant quand on se présente comme « l'équipe de France.fr » vont se dire tous ces mauvais esprits.

 

Le nom d'Erick Schmitt vous dit-il quelque chose ? Il s'est fait connaître sous le surnom d'Human Bomb. Le temps de prendre en otage une classe de maternelle d'une école de Neuilly, de prendre langue avec le maire de l'époque pour négocier la libération des enfants et de se faire tuer par le Raid alors qu'il dormait sous l'effet combiné d'un sommeil naturel inassouvi depuis deux jours et d'un somnifère versé dans son café. Raid tue raide tous les infects !

HB était un désespéré aux rêves brisés, un entrepreneur en dérive devenu suicidaire. Le maire de l'époque, qui avait (déjà) bien d'autres soucis, avec sa charge de ministre du Budget et sa fonction de porte-parole du gouvernement, avait héroïquement pris un enfant dans ses bras, à l'issue d'une négociation avec HB. Les caméras de télévision ruisselaient de larmes de bonheur.

Si on a oublié le nom d'Erick Schmitt, l'histoire de Human Bomb n'est un secret pour personne. Enfin, presque pour personne, car elle revient sous cette appellation dans l'émission de télé-réalité « Secret Story » dans laquelle des candidats vivant en vase clos selon la méthode éprouvée par « Le loft » doivent découvrir la raison cachée de la présence des autres candidats dans la maison des secrets.

Celui de l'une des candidates, prénommée Marion serait d'avoir été une de ces petites filles prises en otage par HB. J'utilise le conditionnel, car si les émissions de télé-réalité ne montrent qu'une réalité façonnée, avec de vraies improvisations dans les rails resserrés d'un scénario écrit, validé et bien établi, leur casting ne doit rien au hasard.

Là aussi, on trouve de tout, y en a pour tout le monde : un coiffeur qui se présente comme coiffeuse (serait-il homosexuel ?) formant un faux couple avec un faux-jeton, un hermaphrodite de naissance, un mentaliste, le plus bel homme de France (oui, oui, sic), un vampire, une chanteuse pseudopunk dont on ne connaît pas le secret, une Amélie, un Anthony, une Chrismaëlle, un Senna dont les « ex » sont dans la maison, et des élus de la voix, ce qui comme secret tient de l'autoalimentation. Manquait plus que Nick the First.

Mais non ! On ressucite HB, hop là ! Magie ! Monsieur le maire apparaît, avec 17 ans de moins, certes, mais avec tout ce qui fait déjà ce qu'il est aujourd'hui. Nick the First dans Secret Story, je n'aurais jamais imaginé un tel « truc de ouf ».

Ouf ! Il n'y est qu'en tant que référence, en toile de fond, une évocation.

En tout cas, la chose aura fait la première émission de Secret Story, celle sur laquelle on zappe de temps en temps pour voir la tête des candidats. Et peut-être quelques autres, je n'ai pas suivi les épisodes ultérieurs, probablement puisque la fifille en question a abandonné. Mission terminée ?

Evocation ou non, voilà notre bon président dans ses anciens habits de superm'sieur-le-maire en plein cœur estival du divertissement fin et de bon aloi.

Ce n'est sûrement pas du storytelling. Du placement d'image ? Oh ! le mauvais esprit que le mien ! Qu'est-ce que je vais imaginer là !

Commenter cet article

Perrolle Françoise 22/07/2010 14:36



Tu viens de me faire découvrir ce nouvel outil (pour moi) de lavage de cerveau ! Merci et ... pas merci !!! j'en ai un peu marre d'avoir toujours à être vigilante, méfiante, pour ne pas grossir
les rangs des 100°/° crédules !!! Merci quand même, finalement mais que c'est lourd de vivre manipulés !!!


Bonne reprise, François ! je lis quand je peux mais je lis et je lirai ta salutaire prose !