Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'argent de la vieille

Publié le par L'ours

Hourrah ! Hourrah !
Youpi ! Yahou !
Ça y est on l'a.
Il est à nous !
L'argent de la vieille.
Ainsi doivent chanter les descendants.
L'argent de la vieille, c'est le titre d'un film de Luigi Comencini, avec l'incomparable Alberto Sordi, Sylvana Mangano et la sublime Bette Davis dans le rôle de la vieille qui s'amuse à jouer à la scopa, un jeu de cartes italien, avec des pauvres de bidonvilles.
Mais là, plus question de jouer pour la vieille en question.
L'or.É.A.L. ? Non, l'or n'est plus à elle. La vieille, son fric, elle n'y touchera plus, il est devenu notre fric, ironise la famille.
Loréal, si on veut, on va pouvoir le vendre. Et le golden gode de Mamie Gaga. Oh ! Pardon ! C't'une œuvre d'art. Une œuvre dard, ouais. Maintenant, terminé l'art. On a déjà donné pour l'art, voyez le photogigolographe. Mais  l'oseille, on l'a eue à l'usure.
On l'a fait passer pour foldingue, la vieille. Quand elle est revenue à la raison, celle de sa fille, exit le gigolpince à photos. D'un coup, Mamie a retrouvé toutes ses facultés. Il n'était plus question de la cloquer à l'asile, mais de se réconcilier. Et puis finalement, comme elle avait encore des lubies de vieille riche, comme jouer avec les futurs sous des héritiers, oh pas par besoin, mais pour faire braire ses ânes, eh bien on s'est aperçu que la folie l'avait reprise.
Sous tutelle, la vieille. Ça, c'est la vraie revanche. Mieux que si elle avait canné. Manque plus qu'elle devienne incontinente et l'intimité livrée à un vague domestique pour que la vengeance et la haine s'expriment. Y a-t-il de la haine et de la vengeance dans cette histoire de famille ? Qu'est-ce qui aurait bien pu les provoquer ? Je n'en sais rien, mais elle titille l'imagination. Chabrol en aurait fait un bon film.
Ah ! Et puis le plaisir de régner ! La vieille au rancart, arrive le plaisir de régner. Je suis persuadé qu'il est décuplé lorsqu'on a déboulonné le prédécesseur. Autre jubilation, probablement, celle ressentie au moment où le candidat se courbe pour manger dans la main comme un bon clébard. Certes, ça coûte un peu de monnaie, mais il faut savoir joindre l'utile à l'agréable. Là aussi, c'eût été une scène de choix, mais dans un film de Mocky.

Commenter cet article