Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La fête de l'été s'annonce torride

Publié le par L'ours

Une semaine avant la fête de l'été, en Islande, l'Eyjafjöll, un volcan situé sous le glacier Eyjafjallajokull fait des siennes. Les Islandais connaissent bien les activités telluriques et volcaniques. Cette éruption dont on ne peut prédire la durée inquiète une bonne partie du monde, en tout cas bien plus que la crise économique qui ravage le pays. Non pas que l'on se soucie particulièrement du sort des Islandais, mais parce que les particules rejetées par le volcan font tousser les réacteurs de nos avions. Bilan, une bonne part du trafic aérien est arrêté, et le monde s'alarme de cet inconvénient. Le monde devrait s'inquiéter davantage. Car le trafic aérien perturbé n'est qu'un détail.

L'Histoire nous a enseigné qu'il ne faut pas négliger les éruptions volcaniques islandaises.

En 1783, du mois de juin jusqu'en février 1784, le volcan Laki entra en éruption. Les dégâts furent importants, mais plus encore les conséquences dues aux rejets de gaz et de cendres. Des conséquences mondiales ! L'Islande perdit près d'un quart de sa population par la maladie et la famine. Le cheptel du bétail (bœufs et chevaux) fut réduit de moitié et celui des ovins pratiquement entièrement anéanti.

Toute l'Europe, et l'Amérique du Nord furent touchées par les changements climatiques engendrés par ces aérosols refroidissant l'atmosphère et les brouillards chargés de dioxyde de soufre empoisonnèrent nombre de populations en Europe, notamment en Angleterre qui enregistra davantage de décès en deux mois qu'il n'y en eut lors de notre canicule en 2003. Un malheur ne venant jamais seul, le brouillard de Laki, rougeâtre, condensé sous le soleil d'été, provoqua de violents orages de grêle, dévastateurs, acides, ruinant les cultures et décimant le bétail. Toujours en Europe, et particulièrement en France, les hivers qui ont succédé à cette catastrophe, furent exceptionnellement froids, les étés torrides et agités où les paysans voyaient leurs récoltes détruites par la sècheresse ou la grêle. Vint le temps des famines.

Le peuple criait sa faim et c'est ainsi paraît-il que débuta la Révolution Française.

Commenter cet article

Pépites & Lambeaux 16/04/2010 21:39



Quelle tête sera la première coupée ? Guillotin doit être tout heureux dans sa tombe de réaliser que sa découverte va à nouveau trôner en place de grève. Dommage pour l'Italienne !