Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le client, jadis roi, pour quoi le prend-on ?

Publié le par L'ours

Vu une petite phrase, sur Le Post.fr, d'apparence anodine, qui pourrait même passer pour un gage de volonté d'excellence, mais qui a le don de me révolter.
Le Post point fr est un site qui se dit d'information et qui en tant que tel mobilise une rédaction. Le Post.fr diffuse également de la publicité, ce qui est censé lui donner les moyens de payer les membres de la rédaction, les journalistes, les maquettistes et le reste de l'entreprise.
Le Post s'enorgueillit même de la posséder cette rédaction, puisque un petit cartouche indique en début d'article que le lecteur est en présence d'une "info rédaction". Le papier est d'ailleurs signé par "la rédaction du Post".
L'article terminé, le lecteur peut lire cette petite phrase composée en ital qui me navre :

Une faute d'orthographe, une erreur à signaler? Ecrivez à alerteinfo@lepost.fr avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du post


Bah voyons. Il ne faut surtout pas se gêner. Et il gagne quoi, le lecteur ? La conscience tranquille du travail bien fait ?
Alors, maintenant, c'est moderne, c'est au lecteur de vérifier l'information. C'est au lecteur de rétablir l'orthographe déficiente ou fatiguée du journaliste, de connaître la typographie, de traquer la bévue, l'inexactitude d'une date, d'une référence, et pourquoi pas de faire titres, légendes et chapeaux ? Parce que, mine de rien, tout cela, c'est un métier, et même, peut-être serez-vous étonné, mais cela représente un coût : le salaire d'un mec, secrétaire de rédaction ou correcteur. Précisément le genre de poste (pas point fr) dont les entreprises de presse souhaitent se débarrasser, (et encore plus précisément le mien) vu qu'il existe des correcteurs orthographiques qui, certes ne remplissent pas les mêmes tâches, mais qui en donnent l'illusion et qui peuvent être avantageusement utilisés par un maquettiste ou la secrétaire, sans bien sûr augmentation de salaire.

Le client, jadis roi, pour quoi le prend-on ? Toujours pour le roi, mais on ne dit pas de quoi ! Pour ce qui me concerne, cela fait un moment que je ne me fais plus d'illusion, il y a belle lurette que je porte la couronne.
Si quelqu'un a un boulot de lecteur, je suis preneur, j'ai du temps libre !

Commenter cet article