Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le coût de la sécurité

Publié le par L'ours

Le 30 décembre dernier, deux journalistes de France 3 étaient enlevés en Afghanistan alors qu'ils réalisaient un reportage pour l'émission Pièces à conviction.
Au conseil des ministres suivant, mardi, not incomparable, sa subliminance Nick the First aurait piqué une grosse colère, et, selon Europe 1, aurait adressé à Hervé Morin ces quelques mots d'une absolue dignité :
«C'est insupportable de voir qu'on fait courir des risques à des militaires pour aller les chercher dans une zone dangereuse où ils avaient l'interdiction de se rendre. […] Il faut que les Français sachent le coût de cette histoire»

Rappelons quelques principes de base et posons une question.
La mission des journalistes, ne leur reproche-t-on pas assez souvent qu'ils y faillissent, est précisément de rendre compte de l'état du monde, de manière indépendante, en dépit des interdictions, que la recherche et la divulgation de l'information est leur devoir qui, s'il ne peut s'effectuer dans un cadre légal, doit s'accomplir par tout autre moyen.
Tout autre comportement du journaliste qui par exemple se bornerait à relayer les déclarations des puissances en présence ne s'apparente plus à de l'information mais à de la communication ou de la propagande. C'est la différence entre un journaliste "embedded", embarqué, et un journaliste indépendant. Le premier voit la zone de conflit du même point de vue que ceux qui l'embarquent, le second tente d'analyser une situation selon plusieurs points de vue.
La mission du militaire est précisément de prendre des risques que ce soit lorsqu'il combat, qu'il sécurise une zone, ou maintienne la paix.
Nick the First souhaite que les Français sachent le coût des actions mises en œuvre pour le sauvetage de ces journalistes. Voilà une nouvelle casquette pour notre grand tout. Ne serait-ce une mission de journaliste ? Informer les Français. Le voilà rédacteur en chef de l'ensemble des rédactions des médias, à diligenter une enquête sur les coûts de sauvetage ? Combien ça coûte ! Saint Jean-Pierre Pernaut, priez pour lui.
Car il est exorbitant, sans aucun doute, le coût de l'affaire. Le faire connaître contribuerait probablement à faire oublier aux Français, les sommes déboursées et à débourser pour les 94 millions de vaccins contre la grippe A H1N1 habilement commandés pour un plan de vaccination général qui n'a eu pour l'heure que 5 millions d'amateurs.
Il est sans doute bien plus dispendieux que celui que représente la protection du chef de l'Etat, de ses proches, de sa suite et de ses ministres à chaque sortie de ces considérables personnes. Quel est donc le coût de ces escadrons de pandores, gendarmes mobiles, CRS, RAID, GIGN, GSPR, bloquant ici et là des quartiers ou villages entiers (c'est pas moi qui invente, c'est le Figaro, cet organe de l'ultra-gauche libertaire qui le dit), tandis que not' immenssissime parloteur allocute devant des parterres de citoyens-figurants plus ou moins estamplillés UMP pour les convaincre, si cela n'était déjà fait, du bien-fondé de sa politique et qu'il pérore en toute sérénité, assuré du fait qu'aucun mécontent, qu'aucun manifestant ne viendra troubler l'exposé de son autosatisfaction devant une caméra.
Alors, combien ça coûte, finalement, la sécurité ?

Commenter cet article