Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Monde en vrac

Publié le par L'ours

Grosse semaine de polémiques, lourde de questionnements.
Faut-il lyncher le docteur Delajoux ? Celui qui aurait "massacré" l'idole des jeunes selon les dires de Jean-Claude Camus qui s'y connaît en massacre bien que lui soit davantage concerné par la chirurgie esthétique. Du moins, il me semble, sinon, la nature est vraiment vache ! Toujours est-il qu'il a chaud à ses miches, le docteur Adjani, euh à Johnny. C'est que pour son anniversaire, on l'a salement agressé, le chirurgien des stars dont on nous dit qu'il a déjà eu des problèmes avec sa riche et célèbre clientèle au point que l'ordre des médecins l'ait suspendu. Pourquoi donc les stars se font-elles opérer par des escrocs notoires, voilà un mystère qui reste à éclaircir.
Et qui donc l'a tabassé ? Un nouveau jeune, un vieux jeune ? De ceux que l'on voit en panoplie de Johnny, tee-shirt de Johnny, bandana de Johnny, blouson de cuir de Johnny, moustaches et barbichette de Johnny, lunettes de Johnny ? Tous les fans sont des sosies potentiels. Question d'optique. 2000 bien sûr.
Question santé, plongée dans le coma, réveil, re-plongée... les bulletins de santé qui s'enchaînent, qui ne sont pas loin de se contredire, secrets aussi bien gardés que des comptes en Suisse, un médecin "des assurances" qui s'envole pour Los Angeles, tout comme les amis de mille ans (Line Renaud, par exemple)... le jadis célèbre fog londonien a traversé l'Atlantique et le continent américain, pris la route 66 pour envahir L.A. Mais, on nous le dit : Johnny va mieux. Mieux que Michael Jackson. Je ne voudrais pas balancer, mais ce n'est pas tranquillisant, ces derniers temps d'être l'ami de Christian Audigier.
Retour en Suisse où l'air est si pur, les minarets ne sont pas en odeur de sainteté. Il faut reconnaître que la droite conservatrice a fait fort avec son affiche rouge. Femme voilée devant une  forêt de minarets ressemblant plus à des missiles que de bases à muezzin. Interdite ici ou là, autorisée ailleurs, l'affiche avait déjà créé la polémique. Bref, les Suisses ont voté, de nouveaux minarets ne seront pas construits, les Musulmans ne comprennent pas bien pourquoi, les banquiers suisses continuent d'accueillir l'argent des riches émirs, là les Musulmans comprennent bien pourquoi. Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes. Le débat pourrait être clos. Non. Il fallait qu'il passe la frontière, et même pas clandestinement.
D'où débats sur l'architecture, sur l'appel à la prière non diffusé à l'extérieur (ce en quoi je me demande bien à quoi ça sert d'appeler les mecs qui sont déjà à l'intérieur, m'enfin, je m'en fous un peu, comme les Juifs et les Chrétiens, les Musulmans font ce qu'ils veulent de leur temps libre), grandes tirades sur la liberté de cuculte, abus de langage de tel député, connerie verbale de tel ministricule qui regrette qu'il n'y ait pas eu de débat sur l'identité nationale dans l'Allemagne des années 30, amalgame de tel président avec le débat sur l'identité Nazionale française (dans un journal qui s'appelle le Monde en plus, c'est pas ironique, ça ?), comparaison (qui n'est, rappelons-le, pas raison) des minarets avec les clochers des églises dont les cloches nous emmerdent depuis plus de mille ans, il y a un poil d'antériorité, gnin gnin gnin. Assis, debouts sous un drap, à genoux, les fesses en l'air ou non, priez en silence. On ne vous demande pas d'être invisibles, mais d'êtres insonores. Quand va-t-on une fois pour toutes rappeler la loi de la République aux membres de ces sectes ainsi qu'aux racistes qui s'en donnent à haine joie. Pourtant, nos amis Suisses auraient pu régler le problème avec profit. Construire des minarets, oui, mais construire utile ! Avec une éolienne au bout !
Car à l'heure du sommet de Copenhague, la seule question qui vaille c'est de savoir si l'immigration est biodégradable. Parce que, qu'on ne s'y trompe pas, l'Homme l'est. Il se dégrade même méchamment dans les pays de misère. Un sommet contre la faim dans le monde, ça passe plutôt inaperçu. Les pays occidentaux ne crachent pas grand-chose pour aider leurs frères humains, sinon un jet de salive méprisant. Il ne faudra pas venir se plaindre que les populations chassées de leurs territoires par les inondations ou la sécheresse, c'est selon, mettent un pied devant l'autre pour tenter de fuir la misère qui, comme le chante si bien un autre grand ami de la Suisse, est bien moins pénible au soleil. Celui-là a toutefois le mérite de s'exprimer publiquement contre ceux qui mélangent immigrés et racaille. Non, il ne faudra pas se plaindre, comment nous-mêmes ferions-nous dans la même situation ? N'aurions-nous pas même davantage de morgue eu égard à ce que nous perdrions ?
Heureusement qu'il y a eu aux heures sombres du nazisme des gens qui n'ont pas prôné la tolérance zéro en matière de passage des frontières et de protection des opprimés. Peu de gens, certes, peu de gens, mais même au cœur de l'injustice, il s'est trouvé des Justes.
Ce qui nous amène à nous demander s'il faut faire sortir l'Histoire des classes terminales scientifiques et entrer Albert Camus au Panthéon.
Nous ferions surtout mieux de le faire entrer dans nos cœurs et ne pas le faire sortir de nos mémoires. Tiens ça répond d'un coup aux deux questions.

Commenter cet article