Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

On méprise et on avance

Publié le par L'ours

Alors, c'est la guerre ? Non, pas encore ? On ne va pas faire déferler nos chars dans les rues étroites du Grand Duché du Luxembourg, pour cause d'arrogance de ces enfants du paradis fiscal qui nous reprochent notre bon droit de virer à grands coups de lattes les Roms honnis.
Tout comme le font ces sales types qui n'y connaissent rien à l'ONU, à Bruxelles, au Vatican... Même Fidel Castro enfonce le clou et se fout de notre bonne gueule de démocrate, c'est dire comme elle reluit, la patrie des droits de l'homme. Il n'y a vraiment qu'un Berlusconi pour rasséréner notre caudillo ultrapyrénéen et probablement quelques nouveaux élus suédois vue la teinte marronnasse que prend leur parlement.
A arrogance, arrogance et demie. On leur met dans les dents l'argument massue aux vieilles fesses du luc j'en bourre : « les Roms ou tu les aimes ou tu les quittes. T'en veux, je te les refile ? » Comme de vieux morceaux de barbaque indésirable dans le ragoût. A jeter aux chiens ou à confectionner en Kuddelfleck.
Et tout ça pour quoi ?
Pour faire de l'œil aux petits gars de la Marine.
Tout ça pour préparer le terrain glissant des élections de 2012. Et pour n'en faire qu'à sa tête. La tête du client, bien sûr.
L'affaire Bettencourt devenue affaires Woerth, passage du singulier au pluriel : on méprise et on avance.
Réforme des retraites chahutée de toutes parts tant elle est ressentie comme injuste, tant on voit bien que l'argent qui manque a été utilisé ailleurs, par d'avides paluches régulièrement et luxueusement manucurées entre deux coupettes de Roederer ? On méprise et on avance.
Les promesses écologiques ? On méprise. Les promesses de mieux-disant en termes de pouvoir d'achat ? On méprise.
Grignotage du pluralisme dans les médias : on avance. On a loupé le Monde, on aura le Parisien.
Les retraites. Voilà un sujet rigolo. Pour calmer les prêteurs, on va leur donner des gages de bonne conduite, histoire qu'ils continuent à attribuer de bonnes notes comme on le fait pour les andouilles, triple A. Pis surtout, qu'ils continuent à prêter de la fraîche. On a tant besoin de liquidités, nous autres. Faut bien financer le standinge !
Alors action. Réduction des déficits que l'on a creusés soi-même, c'est-à-dire faire bosser plus, plus longtemps et finalement donner moins aux récipiendaires légitimes (les retraités), les gueux ! N'ont pas cotisé assez, ces branques, voudraient pas qu'on leur avance pour leurs vieux jours, tout de même. Razzia dans les niches fiscales. Celles concernant le tout-venant, hein, certaines autres sont inoxydables.
Regardez Accoyer, Président de l'Assemblée assise. Qui a dit « couchée » ? Je note les noms de ceux qui font les cons. Il l'a dit (en substance). Pas touche au régime de retraite des députés (ceux-là mêmes dont la durée d'indemnisation chômage a été portée à cinq ans quand ils ne sont plus élus, déjà, ça, c'était bien marrant), il ne faudrait pas décourager nos concitoyens à se présenter à l'élection pour un mandat législatif.
C'est pas les affaires du peuple, mais de la finance, attention, on est dans le sérieux, là ! Lécher, pas lâcher. Le mot est lancé : grand chantier. Réforme avec un R majuscule. Normal, pas touche au grand capital. C'est du bon orgueil, ça, un truc mémorable. Oh pas pour nous, notre mémoire, on s'en tape, mais pour celles de la City, de Wall Street et autres places à forte densité de cols blancs et de montres à mécanismes helvètes.
Rendez-vous compte, pauvre piétaille tout ce que vous coûtez ! Abjection que vous êtes à vouloir bénéficier de progrès social. 60 ans, la retraite, vous êtes pas fous, non ? Les seuls en Europe qu'on vous dit, à vouloir vous arrêter de trimer ou simplement bosser à 60 ans. Les derniers de la classe que vous êtes. Vous faites honte à Neuilly, bande de gêneurs. Avec ça que vous vous mettez à vivre plus longtemps, pareil que si vous étiez riches ! Z'allez payer l'affront. 62 ans légaux. 67 si on jauge au réalisme. Jamais pour d'autres le taux plein.
Après on s'attaquera à la sécurité sociale, que c'est un crève-cœur de voir de la bonne oseille disparaître pour vos menus bobos.
Quoi ? On récrimine, on argue du manque d'emploi dont il faudrait s'occuper avant d'assécher le pot-au-feu des vieux ? Z'avez pas compris qu'il est bien pratique le chômage ? Que le CDD, l'intérim, la pige, c'est de la variable d'ajustement, du bien pratique, du payer moins pour gérer mieux ? De la sinécure. Par pour vous, bien sûr, mais pour la DRH.
Et puis quand on a l'arme de dissuasion, on l'abandonne pas pour des vétilles. Plus de chômage, moins de chambard. Que ça évite bien des tracas. Z'avez plus à vous plaindre et à perdre votre temps en réclamations, suffit que vous ayez bien la trouille, profil bas et la tête rentrée dans les épaules. On vous fait becqueter tout ce qu'on veut. On pense même vous imposer le respect. Bientôt la quête. Et avec le sourire, en plus. Merci.
D'ailleurs la peur, voilà un bon moyen de vous faire ployer.
Peur du chômage. Peur des malfrats dans les banlieues. Y en a, on ment pas ! Peur des terroristes barbus, y en a aussi. Pouah, de sombres bigots lapidateurs de femmes, d'homosexuels et de ceci-cela. On n'invente rien. Juste, on vous le rappelle. Que vous vous teniez à carreau.
Méfiez-vous, qu'on vous dit. Dans vos manifettes à 20 000 péquins, mais non, vous n'étiez pas 200 000, ça aurait pu être un carnage si une burqa infernale s'était mise à défourailler à coup de dynamite.
Et puis quoi, on a un tel talent pour mentir, pour arranger les chiffres, et vous, une telle habileté à avaler les couleuvres que ce serait indécent de ne pas en profiter.
C'est à se demander comment vous supportez un tel air irrespirable. Tiens ! faudrait faire un Grenelle de la connerie, on serait 60 millions à adhérer. Faudra y songer en 2012.

Commenter cet article

Carlita 25/09/2010 17:43



Pour cet article, chapeau bas, monsieur l'Ours !