Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Répétitions

Publié le par L'ours

Lagarde n'envisage aucunement une mesure pour amenuiser la hausse du prix des carburants en raison de la nécessité de réduction des déficits. C'est sans doute en vertu de ces mêmes principes que François Fillon parcourt chaque semaine les 250 km qui le séparent de son domicile sarthois en Falcon 7 (27000 euros l'aller-retour, sans compter les trajets aéroports). C'est donné.
Désolé pour ce nouvel accès de populisme de ma part, du moins c'est ainsi que certains définissent l'incompréhension exaspérée du citoyen moyen spectateur impuissant des largesses que s'octroient généreusement certains membres de l'élite.
Mais là n'est pas l'objet de ce billet, bien que l'on puisse parler de populisme.
Depuis l'époque des chaussures à clous et du sifflet à roulette, voire même avant, avant cette époque où le flic armé d'un bâton blanc réglait la circulation, la technique du couple infernal n'a jamais été reniée chez les condés. La comédie à deux qui consiste à souffler le froid et le doux, le petit ballet de la peau de vache et du gentil donne le tournis, sinon au faisan le plus endurci qui connaît la chanson, du moins au simple prévenu, qui bien souvent ne l'est pas.
Face cachée du rossard qui vient d'allonger des beignes, le gentil écoute, comprend, plaint le pauvre suspect, désapprouve l'attitude de son compère, l'agonit d'injures en sourdine, dément ses termes violents, le condamne en catimini. Si l'un pratique dans le tonitruant et dans le brutal, l'autre agit dans le feutré. Le but est le même : convaincre celui que tous deux travaillent.

Prolongeant l'écho de Marine Le Pen, Chantal Brunel, députée UMP, suggérait hier de remettre les migrants « qui viendraient de la Méditerranée » dans des bateaux, et vogue la galère. Phrase synonymique de celle de la désormais patronne du FN. Tollé à gauche, tollé au centre... désapprobation à l'UMP.
Propos regrettables, dixit le porte-parole du Gouvernement François Baroin, dérapage, selon le Président de l'Assemblée nationale, désapprobation officielle du Premier ministre qui précise qu'elle s'est excusée pour ces propos. Elle s'est excusée, fermez le ban, conclut en substance Christian Jacob au micro de France Inter.
Chantal Brunel, se défend et s'affirme soutenue par un certain nombre de députés.
« Je n'ose pas vous dire beaucoup. Mais beaucoup de gens disent, “Chantal a dit ce que beaucoup de gens pensent”, déclare-t-elle sur Canal +, ne craignant pas les répétitions ni ce nouvel écho au slogan naguère seriné par le Front national « Le Pen dit tout haut ce que beaucoup pensent tout bas ».
La voilà, notre méchante. Et les voici nos gentils, tous ces braves de l'UMP qui condamnent les vilaines propositions de Chantal Brunel.

Attitude duelle consistant d'une part à modérer l'image extrémiste du Gouvernement en maniant le reproche – l'humaniste sera satisfait – et d'autre part à convaincre ceux qui se sentent tentés par le vote FN en maintenant la députée au sein de l'UMP. Pas de mesures d'exclusion ou de demande de démission.
Après tout, ne sommes-nous pas sous le règne de la droite décomplexée, et comme argumente Chantal Brunel, « Si on ne peut plus utiliser des mots qui ont été utilisés par le Front national, nous allons faire son lit ».
Mais bien sûr ! Il n'est pas question de faire le lit du Front National. On peut très bien coucher ailleurs !

Commenter cet article

Michel Mella 10/03/2011 19:36



Penser tout bas t'abat.