Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rumeur

Publié le par L'ours

La rumeur occupe les esprits. A tel point que la DCRI, les anciens renseignements généraux, ont diligenté une enquête pour faire la lumière sur l'origine de la rumeur. A tel point qu'au château, comme on dit, on pense à un complot. Heureusement, pour que cesse la rumeur, de même manière que l'on jette du sable sur le feu pour l'étouffer, on décide d'un plan de communication. Et voilà Carlita missionnée à Europe 1 avec pour mot d'ordre "tout ceci est insignifiant, 'tout ceci n'est que commérage, il n'y a pas de complot, il n'y a pas d'idée de vengeance, il n'y a pas de pressions, mon mari a trop à faire". Mais les déclarations de Pierre Charron ? C'est l'amitié qui l'a conduit à dire des conneries, "il a parlé avec l'emportement de l'amitié". Une litanie sussurée aussi lénifiante qu'une chanson de l'ex top model.

Bref, circulez, il n'y a rien à voir. Sauf que Bernard Squarcini, le chef de la Direction centrale du renseignement intérieur, les grands yeux et les grandes oreilles de la République (ça ne rigole pas) déclare qu'une enquête a bel et bien été  effectuée, demandée par Frédéric Pechenard le directeur général de la police nationale (ça rigole pas non plus).

 

Le show de Carlita ne serait alors qu'une tentative de noyade de poisson, un genre de réfection de façade, histoire de masquer le caractère revanchard de Nick the First ? Car si les remous éventuels dans leur vie de couple, les débordements de l'un, de l'autre ou des deux ne nous concernent que peu et n'ont finalement pas beaucoup d'importance en soi, en revanche mobiliser les services officiels de la République en a, et tant les implications politiques que la logistique déployée pour qu'un secret soit préservé concernent les citoyens. Nous avons appris la leçon après deux septennats mitterrandiens, et dix ans de chiraquisme aux nipponeries plus ou moins secrètes. Personnellement, je ne leur jeterai pas la pierre, Mazarine et moi étant d'une certaine façon assez proches, mais j'ai le sentiment que les Français en ont assez d'être pris pour des poires et de payer pour les secrets d'Etat. Tout comme ils pourraient, et peut-être le font-ils, s'inquiéter pour la liberté de leur presse et la façon dont on traite leur information et leurs journalistes. A peine la rumeur a-t-elle eu une quelconque audience, débarquant en France en étant passée par la presse populaire brittannique, deux journalistes du JDD, présumés auteurs du blog qui l'a lancée ont été débarqués.

Ce reportage de la télé suisse romande (TSR), qui n'a pas été diffusé en France est assez édifiant. Et on ne peut que relever quelques analogies entre l'affaire de la rumeur et celle, évoquée dans ce document, qui concernait Cécilia et Richard Attias.

Mais je suis persuadé que les accents de sincérité de notre bonne dame de France première auront su convaincre que cette histoire comme tant d'autres ne fait que pshittttt.

 

 

Commenter cet article

Cari Li 10/04/2010 17:52



Quand on s'adresse à des sourds et des malentendants, il vaut pratiquer le bouche-à-bouche, moi j'dis !



L'ours 11/04/2010 08:38



L'un n'empêche pas l'autre...



Luc 09/04/2010 21:05



    Bravo pour tout ce que vous dites, en partant de ce petit mot "rumeur".


    Ce qui m'a intéressé et poussé à vous lire, c'est la façon dont, à propors de rumeur, vous donnez vos opinions sur la société et sur le sommet de l'Etat, si je puis
dire... Parce que la rumeur, elle, qu'est-ce qu'on sen fiche ! Il y a des réalités tellement belles, et il y a des souffrances tellement graves actuellement...


    Entièrement d'accord avec vous sur le sujet de votre message et sur tout ce qu'il vous a donné l'occasion de dire, amicalement, Luc.



L'ours 10/04/2010 09:30



Merci. Voilà qui est "bien parlé" . Et si ce blog vous plait, n'hésitez pas à céder au bouche à oreille ;-)