Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est pas du cinéma

Publié le par François

Ce matin, sur la plate-forme over-blog qui héberge entre autres merveilles les fabuleux Carnets de l'Ours, on pouvait lire ceci :
Chers blogueurs, Chaque année et cela depuis 10 ans, l'arrivée du Printemps est synonyme également de cinéma. A partir d'aujourd'hui s'ouvre, en France, le Printemps du Cinéma 2009 pendant 3 jours. Le principe ? "Pendant ces trois jours, les salles de cinéma […]
La suite en cliquant sur ce lien.
Eh bien non. je ne parlerai pas de celà cette semaine. Parce qu'il se passe des choses.

Les universités chauffent. Les manifs se terminent mal, et pas nécessairement du fait de casseurs d'ultra-gauche, de cailleras qui veulent en découdre avec les bleus et piller des commerces. Je vous invite à lire ce que raconte Masterklaus dans son blog.

Bientôt sur vos ondes, une bonne vieille rengaine.
Attendez-vous après quelques échauffourées qui ont récemment opportunément opposé deux "bandes" de banlieue à être soumis une fois de plus par notre "incomparable que l'on peut donc esquiver" (ouais, il y a effectivement un jeu de mots) à une communication axée sur la sécurité. Voilà pourquoi j'emploie "opportunément". Ça mange pas de pain et ça occupe l'esprit des méchants grincheux qui ne font pas confiance au gouvernement pour sortir la tête du marécage dans lequel nous nous enfonçons contre notre gré et sans avoir grandement œuvré pour que cela arrive (si ce n'est d'avoir laissé gauche et droite réunies plaider, encourager et participer à la mondialisation). Trouver un autre bouc émissaire : la sempiternelle insécurité.
A croire que les Français sont de pauvres poussins trouillards et frileux. Un jour – proche ? – les promoteurs du tout sécuritaire seront mis en instance par les faits de se convaincre du contraire.

Les rats quittent le navire.
On empoche avant une éventuelle liquidation. Où ça ? Dans les grandes entreprises où les grands décideurs, ces formidables capitaines d'industrie, ces génies de la finance, ces pontes de la croissance commencent à cliqueter des castagnettes devant le climat social et la récession.On s'empresse de toucher les lourdes indemnités de licenciement départ, les parachutes dorés, les retraites chapeau, les golden hello, les grasses commissions pour avoir bien précipité le monde dans le chaos financier. Les plus chanceux en ont eu. Les autres auront été assez cons pour se réveiller trop tard, avant que, pressé par la peur, le gouvernement se décide à légiférer. Bientôt finies les iniquités monstres qui donnaient l'illusion à tel et tel dirigeant d'entreprise qu'il dînait dans la même gargotte que ses homologues américains. Ici, le maîte-mot est "peur".
Les patrons ont peur. Le gouvernement a peur. Nick the First a peur.
Comme s'il s'agissait d'une vague atlantique, il faut surfer dessus.

Voilà pour l'arrivée du printemps.

Commenter cet article