Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les bégaiements de l'Histoire nous lassent

Publié le par L'ours

Souvent, on parle des bégaiements de l'Histoire. On utilise cette expression pour indiquer que l'Histoire se répète, que les mêmes causes produisent les mêmes effets.
Qui donc bégaye, alors, sinon ceux qui font l'Histoire ?
Nick the first est un mec qui fait peur. Non pas qu'il soit très grand, ni très baraqué, je ne lui donnerais pas cher face à un Chabal ou un Douillet. Mais il a le "bégaiement" effrayant. Il fait peur parce que la peur le sert.
Plus nous votons, plus il nous veut agneaux tremblants et menacés. Depuis 2002, notre incomparable s'occupe d'insécurité, martelant "tolérance zéro" sur l'air des lampions à propos de tout ce qui ressemble à du délinquant. Triste chanson qui a "insécurité" pour refrain et "immigration" pour couplet, ressassée à chaque campagne électorale. Comment ! La délinquance ne régresse pas ?
Mais comment est-ce possible ? Celui qui réussit tout, qui tient la dragée haute à Obama, celui qui règle les conflits en Géorgie, celui qui moralise le capitalisme, celui qui éradique les paradis fiscaux, celui qui claque la bise à Angela Merkel 20 ans après avoir abattu le mur de Berlin avec son petit maillet, comment se peut-il qu'un être aussi exceptionnel n'ait pu écrabouiller d'un coup de talon rageur et méprisant la délinquance racailleuse dont il suffirait de balayer les éclaboussures d'un jet de karcher™ dans le caniveau. Les prisons débordent et la délinquance se porte bien, tout comme le chômage et la pauvreté.
Quelle est donc la force maléfique et surnaturelle qui retient son bras, qui amortit les coups répétés de notre super héros, qui réduit à néant son combat acharné contre le crime et la chienlit. Un mot, un seul : l'immigration.
Que fait la police ? Et la droite décomplexée ! La droite décomplexée, cette droite qui murmure tout haut ce que le Front National disait déjà tout haut. Qui de petites phrases en grand débat instille un drôle de système de pensée visant à rendre l'autre indésirable, à le marquer d'infâmie parce qu'il serait responsable des maux dont nous souffrons et à l'exclusion de toute autre raison. Mais ce ne sont pas Mouloud ou Boubakar qui édictent les règles du nouveau management, celui qui préconise de presser le citron jusqu'au zeste, à grands coups de restructurations, d'optimisation des systèmes commerciaux, de back et front office où les salariés sont interchangeables et corvéables jusqu'à la dépression nerveuse. Ce ne sont pas ces bronzés de peau qui maintiennent la population blanche et colorée dans la dictature économique. Mouloud et Boubakar ne sont pas cotés au CAC40.
Ce racisme ambiant, entretenu par nos dirigeants, renforce et est renforcé par la montée d'un islamisme idéologique qui l'exploite en prétendant lutter contre lui n'a qu'un but : faire peur et détourner la colère que l'on peut ressentir à l'encontre des véritables privilégiés responsables de la situation calamiteuse dans laquelle on s'englue et qui en profitent. La conséquence en sera la radicalisation des opinions, celle des extrêmes. C'est faire le lit de l'islamisme intégriste, de l'antisémitisme et du communautarisme.
Çaçaça susuffffffit, desdes bébébbégggaiements.

Commenter cet article

Cari Li 01/12/2009 13:53


Quequequeque diiiiiiiiire ? Excelcelcelcelent cocococmme toutoutoujours !