Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bon, la crise, ça va bien cinq minutes

Publié le par L'ours

Nous avons vu qu'avec un peu de radicalisme et un peu de mauvaise foi assumée, nous pouvions nous passer des riches qui faisaient le choix de l'exil fiscal et que la disparition du  football professionnel pouvait contribuer à l'embellie.

La crise, ça va bien cinq minutes ! Il est temps de passer à autre chose.

Toujours soucieux de l'amélioration de la vie de ses concitoyens, les Carnets de l'Ours vous soumettent une idée que d'aucuns qualifieront de saugrenue, ne boudons pas notre plaisir, et qui aura l'avantage sinon de la résoudre, du moins résorber la crise.
Après avoir réquisitionné les biens et les entreprises abandonnés par les fraudeurs du fisc, après avoir économisé sur les coûts induis par le football, considérons les personnes d'une tranche d'âge, au hasard, les natifs de 1959 et passons un contrat avec eux.
L'Etat verserait aux natifs de 1959 une somme comprise entre 300 000 et 1 million d'euros (j'ignore combien il y a de natifs de 1959 aujourd'hui en France), à charge pour eux de dépenser en dix-huit mois et sous contrôle cette somme.
Le contrat, contraignant, établirait une proportion en consommation propre (10%) et une autre en investissement dans l'économie locale ou nationale, par la construction, la création d'entreprise ou l'investissement dans des entreprises existantes répondant aux critères de production locale. Au terme des dix-huit mois, l'argent distribué aura été réinjecté dans l'économie, lui aura donné un bon coup de fouet, et aura relancé mécaniquement l'emploi et la consommation, et par voie de conséquence généré des cotisations sociales.
Et hop !
Pourquoi, objecterez-vous, cette somme devrait être distribuée aux personnes nées en 1959, et pas une autre année ? La réponse est simple, c'est parce que je suis né cette année-là.
L'homme ne se refait pas !

Commenter cet article