Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est beau, ça sent bon, c'est Total

Publié le par L'ours

L'écran est coupé en deux dans le sens de la largeur. En haut, la vision d'une ville vue du ciel, façon Yann Arthus-Bertrand, des immeubles, des lumières, passe un petit hélicoptère rouge, on est loin, on est haut, on avance. Dans la partie inférieure de l'écran un plan panoramique vertical de plantes aux feuilles vertes, jaunes, rouges. Ça monte, ça pousse, une abeille volète de ci de là. Le mouvement vertical est parfaitement synchronisé. L'hélicoptère et l'abeille forment un genre de ballet. Ils se croisent, évoluent dans un même mouvement circulaire

Dans la séquence suivante, l'écran du haut montre une place, un rond-point autour duquel roulent camions et voitures, on n'en voit que la moitié ; en bas, l'image d'un plan d'eau, un lac, avec rochers et végétation, des oiseaux plongent, l'un d'eux le fait si bien que l'onde qu'il déclenche forme un cercle presque parfaitement dans la continuité du rond-point de l'écran supérieur. Les deux plans sont toujours vus du ciel. On entend, accompagnée par une musique paisible, une mélopée doucement fredonnée par une voix féminine, le comble de la zénitude. Serions-nous des Ulysse que Circé n'aurait pas prévenus ? Puis vient le message, par une voix masculine, posée, responsable :

"Demande croissante d'énergie et lutte contre le réchauffement climatique, deux enjeux en apparence contradictoires... pas forcément. Nous continuons à découvrir du pétrole et du gaz pour répondre aux besoins de tous en énergie, c'est notre métier. Il nous faut aussi limiter l'impact de nos activités et de nos produits sur l'environnement, réduire l'émission de CO2, nous y travaillons, c'est une priorité."

L'image du haut a changé. Nous sommes sur un fleuve, large, dans l'univers industriel. Sur les rives, des bâtiments ultra-modernes, une voie routière où filent des véhicules, sur le fleuve, des navires transportent on n'en doute pas quantité de marchandises nécessaires à notre vie moderne. La musique aussi a un peu changé. Une ligne de violon, des nappes furtives de synthétiseur accompagnées du martèlement d'une note de basse donnent une impression de tension plus forte.

Dans l'écran du bas, des dunes. nous sommes dans le désert. Les scènes sont passées en accéléré. En haut, ça grouille d'activité, en bas le temps passe uniformémént. Il fait déjà nuit.

"Les solutions miracle n'existent pas !"

Soudain le ciel. Bleu. Dans la musique, retour de la voix humaine, féminine.

Les deux écrans montrent le même nuage (avec un soleil dans la partie du haut, il a son importance), avec un léger décalage qui s'amenuise et tend à disparaître pour ne former qu'une seule image occupant tout l'écran. "Nous avons fait le choix de développer des énergies complémentaires, comme la bio-masse, le nucléaire, mais aussi l'énergie solaire,qui sont pour nous des solutions réalistes d'avenir". Un oiseau, une mouette (?) pénètre en bas à gauche dans le nuage. en sort un avion, naturellement il va de bas en haut et de gauche à droite, vers le soleil. Le plan descend, on découvre une verte prairie, deux enfants, occidentaux, une fille, un garçon s'ébattent joyeusement dans une nature immaculée en jouant à l'avion. La sirène chante "Anything for you". S'inscrit au bas de l'écran "l'énergie est notre avenir, économisons-la" et c'est signé www.total.com. Enfin le logo Total, qui évoque un peu celui du recyclage.


Magie de la publicité (que nous regardons avec l'électricité nucléaire vers laquelle s'engage Total ? Payée avec les marges sur les produits que Total nous vend ?). Qu'il est beau le monde ! Surtout, pas l'abîmer. Vous aviez déjà tant salopé avec votre sens du moderne. Heureusement Total est là, au cœur du merdier gigantesque pour vous aider à redresser la barre. Total fait tout pour vous. Total est responsable.


C'est donc inéluctable. Nous avons besoin de Total, Total est une entreprise propre, et Total fait tout pour nous, qui sommes des enfants occidentaux. Jamais nous ne renoncerons à l'avion, à la voiture, au camion, au bâteau qui transporte d'innombrables marchandises. Pour une raison bien simple : nous cédons au chant des sirènes.


Commenter cet article

Pangloss 22/05/2009 11:05

1) Quand quelqu'un te dit "la solution miracle n'existe pas", c'est qu'il n'a pas l'intention de te proposer une autre solution que la sienne. 2) Parmi les soutiens à Aaung San Suu Kyi, on n'a pas vu ni entendu Total. Pourtant ils sont bien placés en Birmanie. Trop bien?Salut!

aliciabx 21/05/2009 01:55

Il est évident que ça ne colle pas vraiment avec le grenelle de l'environnement mais bon, pour l'instant, tout le monde pense aux profits qu'il ne feront plus, alors l'environnement...